Juin 27, 2012 in Aquitaine, Général

Voici mon intervention lors du vote du Compte Administratif 2011 au Conseil Régional.
Elle a déclenché l’ire du  Président ne trouvant pas assez de qualificatifs à mon égard : menteuse, démagogue, clientéliste… Je me suis même vu reprocher la politique du président Valade ! Je n’étais pas née…. dans mon engagement politique !

Beaucoup de conseillers régionaux, toutes tendances confondues, ont été choqués par la violence de ces propos et je sais que ces sujets d’inégalité territoriale font souvent débat au sein même de la majorité du conseil régional…dans les réunions « off ».

J’aurais compris qu’Alain Rousset défende ses options politiques, qu’il indique que des politiques territoriales existent et que tous les problèmes ne sont pas de la responsabilité du Conseil Régional (et c’est exact), mais que devant la réalité têtue des chiffres et des différentes analyses il propose un travail en commun pour étudier ce que nous pouvions faire évoluer dans un esprit constructif pour ces territoires en difficulté. Cela ne s’est pas passé ainsi mais, optimiste que je suis, je pense que nous y arriverons !

Rien ne me fera reculer dans des combats que je pense justes et nécessaires.


« Monsieur le Président,

Je ne vais pas reprendre tous les chiffres clé de ce compte administratif, si ce n’est le taux de réalisation pour l’ensemble des dépenses de 92 %, restes à réaliser 2010 compris. C’est un excellent taux. Cela traduit que vous avez bien mis en œuvre les politiques que vous aviez proposées et nous vous en donnons acte.

C’est plus sur les politiques que vous n’avez pas proposées que je reviendrai.

Vous savez, monsieur le Président, que nous souhaitons être constructifs et  que, particulièrement attachés à la notion de développement durable et d’aménagement équilibré de tout le territoire aquitain, nous sommes souvent intervenus pour vous alerter sur certaines orientations de vos choix et le risque de voir, par manque d’investissements  et de politique prospective dans l’Aquitaine intérieure, une région à 2 voire 3 vitesses se développer.  

Je crois qu’un appel au secours donnant tout son sens à notre analyse a été lancé lors du premier tour de l’élection présidentielle.
Nous avons tous été frappés par le niveau du vote Front National dans les zones rurales avec une progression jamais connue dans notre région et particulièrement dans certains territoires (Nord Médoc, Haute Gironde, Dordogne, Lot et Garonne) où Mme Le Pen arrivait en tête dans de très nombreuses communes.
Et bien, cela représente très précisément les zones les plus en difficulté de notre région et je reprendrai  rapidement le constat établi à partir de chiffres publiés par l’INSEE depuis 2004 pour lequel nous avions déjà fait une communication ici en séance.
Les écarts très importants entre les revenus dans les villes et les revenus dans les zones rurales (ils varient du simple au double), les chiffres du chômage  avec un « couloir du chômage », entre le nord Médoc, le Libournais, le Bergeracois et le Villeneuvois. Le « couloir de la pauvreté » qui  inclut le Nord Médoc, la Haute Gironde, une bonne partie de la Dordogne, et l’intégralité du Lot-et-Garonne.
cette pauvreté économique s’ajoute une inégalité sanitaire. Les cartes présentées par le Pr. Charbonnier lors du colloque Santé et Territoires montrent l’incroyable injustice territoriale en termes d’accès aux soins et le moins bon état sanitaire des populations de ces mêmes territoires.
Voilà donc des territoires aquitains qui cumulent les problèmes et qui manifestent cela par un vote pour les extrêmes.  
Il est de notre devoir de faire bouger ces curseurs.
La politique économique du CRA met l’accent sur l’innovation technologique et les filières industrielles (dites d’excellence !, ou nouvelles), les ETI, la sous-traitance aéronautique, les pôles de compétitivité, les clusters…. La politique anticipatrice et volontariste est centrée sur des secteurs industriels qui sont hors du couloir de pauvreté.

Mettons aussi toutes nos forces dans les secteurs économiques « ordinaires », dans les TPE et l’artisanat qui sont présents dans ces zones fragiles. Aidons les à maintenir leurs emplois, à se structurer, à grandir. Bref mettons tout en œuvre pour créer de l’innovation d’aménagement territorial et de l’innovation sociale. Mettons tout simplement de l’équilibre dans nos actions afin de venir en appui de créations d’activité sur tout le territoire aquitain.

Je vous remercie »

Faites suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Veuillez renseigner les champs marqués *