Fév 22, 2011 in Aquitaine, Landes, Mont-de-Marsan

Monsieur le Président,

Je me permets de vous écrire en ma qualité de Maire de Mont de Marsan et Présidente du Marsan Agglomération au sujet de la décision de l’ACP parue au Journal Officiel du 13 février dernier concernant Landes Mutualité, dont le siège est situé à Mont de Marsan. Cette décision notifie la vente du portefeuille de cette mutuelle et lance un appel à candidature.

Mes interrogations sont très nombreuses depuis le début de cette  affaire il y a un an et demi où cette mutuelle locale dynamique et en pleine expansion a été mise sous le contrôle de l’Acam et de Monsieur Bonin administrateur provisoire.  
En effet l’évolution de ce dossier est très opaque, et je ne suis pas sûre que les enjeux aient été à la hauteur de ce qu’ils auraient dûs être : protéger les adhérents certes, mais protéger aussi l’entité Landes Mutualité, mutuelle à forte identité locale fleuron de notre territoire, et protéger les emplois, une centaine pour Landes Mutualité dont une soixantaine au niveau du siège de Mont de Marsan.
Au lieu de cela j’ai le sentiment que nous avons assisté à un savant dépeçage de la mutuelle par l’administrateur provisoire dont je n’ai jamais pu cerner les véritables objectifs et qui  semble n’avoir apporté aucune solution.

Depuis le 1er janvier 2011 l’ACP a pris en main l’avenir de Landes Mutualité hors administration provisoire. Je souhaite donc vous faire connaître ma très grande inquiétude quant au traitement social de ce dossier. Comment est envisagé l’avenir des salariés de la mutuelle, regroupés dans la structure technique GVM, dans cette procédure de mise en vente du portefeuille?  La masse salariale est elle incluse à sa valeur réelle dans le cahier des charges de cession du portefeuille ? Les actifs immobiliers, dont le siège de Mont de Marsan, ont-ils été intégrés ?

Vous comprendrez que ma démarche est celle d’une élue qui redoute la perte d’un siège social et la perte d’emplois qualifiés sur son territoire. L’aspect humain de ce dossier me parait essentiel et j’ai le sentiment qu’il n’a jamais été pris en compte. Je serai vigilante à son évolution.

En vous remerciant pour toutes les indications que vous pourrez m’apporter, je vous prie de recevoir, monsieur le Président, mes sincères salutations.

Faites suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Veuillez renseigner les champs marqués *