Oct 2, 2015 in Actualités, Général, Mont-de-Marsan

S’il était normal que les collectivités territoriales participent à leur mesure aux efforts de désendettement du pays, la façon et l’ampleur dont cet effort a été imposé sans concertation par le Gouvernement, était beaucoup plus contestable. D’où la grogne des élus locaux, et en particulier des maires, face à ces baisses drastiques de nos recettes, et alors même que, contrairement à l’État, nous avons toujours eu des budgets à l’équilibre !

Ces mesures ont déjà un effet néfaste sur l’économie du pays. Les collectivités locales portaient jusqu’à 2014 plus de 70% de l’investissement public en France. En 2014, cet investissement a déjà baissé de 12%. Et elle devrait atteindre -30% en 2017 ! Un mauvais signe pour nos entreprises, en particulier pour les PME locales.

Dans ce contexte difficile, les élus locaux doivent déployer des trésors d’imagination pour limiter l’impact de ces mesures sur leur investissement : une collectivité qui n’investit plus, c’est un territoire qui se meurt. Pour cela, il nous faut penser autrement nos fonctionnements et continuer la chasse au gaspi.

C’est une des raisons qui a motivé des décisions récentes de notre agglomération avec le transfert des écoles et activités périscolaires et extrascolaires, et la mutualisation de plusieurs services entre Mont de Marsan et son Agglo : direction générale, services financiers, juridiques, techniques, des marchés publics, des ressources humaines, de la communication. Vous tenez entre les mains un exemple concret de cet effort de rationalisation. Désormais, le journal municipal M2M et le journal de l’Agglo M.Ag fusionnent en un seul titre : M2M.ag. Les Montois retrouveront à l’intérieur leurs rubriques habituelles, et désormais elles profiteront également aux habitants des communes avoisinantes. Les économies engendrées vont nous permettre entre autres de financer des actions de promotion de notre territoire, indispensables pour développer l’activité économique et touristique. à ce titre, l’évolution naturelle du nom de notre agglomération – Mont de Marsan Agglo plutôt que Marsan Agglo – était devenue indispensable, comme en ont été convaincus les élus des 18 communes décisionnaires.

Peu connue au-delà de notre territoire, impossible à localiser sur les guides et cartes, la dénomination “Marsan” devenait un frein. Cette bannière fédératrice autour du nom de la préfecture des Landes portera désormais les couleurs d’un territoire uni, solidaire, dynamique, tel que le construise peu à peu les maires de nos communes.

Faites suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Veuillez renseigner les champs marqués *