Mar 21, 2016 in Général, Landes

Dans le cadre de l’examen du Budget Primitif 2016 du Conseil Départemental des Landes, Geneviève Darrieussecq intervient au sujet de la couverture en réseaux numériques (téléphonie et internet haut débit) sur le département. Le Plan Très Haut Débit est un choix très important d’aménagement du territoire. Et son déploiement dans les Landes n’est pas assez rapide.

Si vous avez un téléphone Orange et que vous êtes dans le centre-bourg de Geloux par exemple, je vous défie de passer une communication téléphonique et d’en recevoir une!

L’idée n’est pas du tout de dire que nous ne sommes pas équipés, mais mon idée générale est simplement de dire qu’il y a effectivement des différences entre les territoires. Elles sont normales, la technologie se met lentement en place et les territoires vastes ne peuvent pas être couverts facilement. Ce n’est pas du tout faire injure au département des Landes, qui est un des plus grands de France, qui a une couverture forestière très importante, que de dire que tout n’est pas idéal dans certains domaines. Je pense que notre responsabilité est de le dire et de le porter auprès des opérateurs pour que cela change et que cela évolue. Voilà l’idée générale.
Quant au très haut débit, j’ai bien entendu la volonté de ce schéma qui va se mettre en oeuvre. Je crois qu’il s’agit vraiment d’une de nos compétences fortes d’aménagement du territoire. Je suis un peu inquiète. Nous vous l’avions dit pour les orientations budgétaires. Nous démarrons cette année les AP/CP (autorisations de programme / crédits de paiement) avec 40 M€ d’autorisation de programme. Cette année, est ouvert un crédit de paiement de 3 M€. Ce sera 4 M€ en 2017 et les CP ouverts au titre de 2019 seront de 28 M€. Cela ne peut pas se passer comme ça. Je pense que nous ne sommes pas assez volontaristes dans ce dossier qui mériterait un niveau d’investissement au moins multiplié par deux. Ce serait significatif pour porter cette volonté d’aménagement de notre Département.

Ensuite – c’est une constatation – c’est mon inquiétude vis-à-vis du satellitaire. Sur le territoire dont je m’occupe, nous avons mis en oeuvre des aides aux personnes pour développer cette offre de haut débit. On nous disait qu’il y avait un changement et des évolutions de satellites, et que cela fonctionnait mieux. Franchement, cela ne fonctionne pas très bien. Tous ceux qui sont allés sur ces offres satellitaires ont vraiment des soucis et ont l’impression d’avoir besoin de pédaler pour obtenir un débit intéressant, pour quelque chose qui a quand même un coût pour les collectivités quand elles subventionnent, mais également pour les particuliers qui louent ces équipements. C’est une vraie difficulté. J’espère que les recherches et les évolutions technologiques nous permettront d’améliorer encore cela parce que cela restera, pour certains territoires, difficile.

[…]

Et je voudrais quand même redire très clairement que le schéma proposé par le Département me convient en termes de déploiement. Sur le plan de la stratégie de déploiement, c’est la rapidité qui ne me convient pas.
Depuis 2004 que je me suis engagée dans l’action publique, je porte ce sujet. Nous sommes globalement très en retard dans notre pays. On peut se le dire. Il y a des pays de l’Europe de l’Est qui sont à 100 % pour le très haut débit. Nous sommes en retard. Je sais qu’il faut des sommes et je partage avec vous l’idée que les opérateurs ne vont pas dans les endroits qui ne sont pas rentables, et je le déplore comme vous, mais je dis que cela doit faire partie de nos politiques prioritaires où l’on doit mettre le paquet. J’entends bien qu’il existe des communautés de communes qui sont associées au financement de ces infrastructures et qui souffrent actuellement, parce que toutes les collectivités souffrent. Des systèmes d’avances remboursables pourraient être mis en oeuvre pour les communautés de communes. Certains Départements sont plus avancés : le Lot-et-Garonne, la Gironde, parce qu’il y a des choses qui ont été mises en place antérieurement. D’ailleurs, la solution de créer une structure régionale qui regrouperait toutes les prises pour les commercialiser est une très bonne initiative que j’ai saluée en son temps dans la collectivité qui la portait. Je pense que ce doit être prioritaire.
Si vous comparez cela au golf de Tosse, en effet, je vous dirai très simplement que ce sont des affaires de choix et que le Plan très haut débit est pour nous un choix important d’aménagement de notre territoire qui peut permettre le développement d’activités, quel que soit l’endroit où se trouve la population. C’est un vrai aménagement, aussi important que les routes et le chemin de fer pour l’avenir économique de ce département.

Faites suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Veuillez renseigner les champs marqués *